Soutien aux professeurs du Vanuatu [en]

La Nouvelle-Calédonie et l’Ambassade de France soutiennent les professeurs du Vanuatu

JPEG
Une convention favorisant la formation continue des enseignants Ni-Vanuatu a été signée le 18 mai à l’Institut de Formation des Professeurs du Vanuatu (IFEV) en présence du Ministre de l’Education, Bob Loughman, de l’Ambassadeur de France, Alain du Boispéan, de la directrice provisoire de l’ESPE, Yannick Lerrant, du directeur de l’IFEV Jack Matariki et de la coordinatrice pédagogique de l’IFEV Anne-Rose Tjiobang. Cette convention est un partenariat entre l’École Supérieure du Professorat et de l’Education, associée à l’Université de Nouvelle-Calédonie, et l’IFEV qui permettra de renforcer les possibilités de poursuite d’études des professeurs.
Le directeur de l’IFEV, Jack Matariki, a rappelé les appuis français dont l’institut a bénéficié de longue date, par le biais de l’École Supérieure du Professorat et de l’Education en Nouvelle-Calédonie ou grâce aux assistants techniques venus de métropole. L’IFEV a en effet pour mission d’assurer une formation initiale de qualité des professeurs, dans le but de renforcer le niveau d’enseignement dans les établissements scolaires du pays .

La convention signée le 18 mai vise à améliorer le niveau et les qualifications des formateurs et enseignants vanuatais francophones. Il s’agit également de promouvoir le développement d’une politique de formation continue des enseignants au Vanuatu tout au long de leur carrière.

Cette convention permet ainsi l’admission de formateurs francophones de l’IFEV en Master 2 « Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation, mention Pratiques et Ingénierie de la Formation » à l’ESPE-UNC dès 2015, puis l’accès des professeurs vanuatais expérimentés et titulaires d’une licence à ce même master. Ainsi six formateurs bénéficiant de bourses de l’Ambassade de France poursuivront ce master 2 à partir de septembre 2015.

Le Ministre de l’Education Bob Loughman a remercié le gouvernement français pour son appui, en rappelant que dans le respect de la constitution, il est important de promouvoir l’éducation dans la langue de son choix, et ce, sur une base d’égalité

Dernière modification : 20/05/2015

Haut de page