08.06.2011 - Signature d’une convention de financement destinée à la réalisation d’une étude des bases génétiques de la patate douce en Océanie

Mme la Directrice du CTRAV, Chers amis,

Je suis très heureuse de signer aujourd’hui, 8 juin à Santo, avec vous, Mme Marie Melteras, qui êtes Directrice du CTRAV, Centre Technique Agronomique du Vanuatu, une convention de financement destinée à la réalisation d’une étude des bases génétiques de la patate douce en Océanie. Il s’agit de la deuxième tranche du projet intitulé « Amélioration de la patate douce pour les systèmes de culture durable en Océanie.

La subvention correspondante est d’un montant de 30000 Euros.

Le coût total du projet régional s’élève à 210 000 euros sur trois ans, les financements sont octroyés par le FP, l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, le CIRAD, le CITRAV du Vanuatu et L’institut agronomique de Nari en PNG.

M. Vincent Lebot, chercheur du CIRAD, spécialiste des plantes à tubercules, est aussi très activement impliqué dans ce projet, il regrette de n’avoir pu se déplacer aujourd’hui. Ce projet est aussi soutenu par le Ministère de l’agriculture du Vanuatu l’Institut de recherche agronomique de Nari (Papouasie Nouvelle Guinée), le Ministère de l’agriculture de la Polynésie française et le Centre international de la pomme de terre (CIP) de Lima (Pérou).
JPEG

Ce projet, illustre un engagement important de la France dans le secteur de l’agriculture et de la recherche agronomique, il a pour objectif de faciliter la mise en place de programmes d’amélioration génétique de la patate douce, destinés aux agriculteurs des pays de la zone océanienne. Il s’agit de permettre la mise en place de systèmes de culture durables, sans ajout de pesticides et de variétés adaptées au changement climatique.

La patate douce est aujourd’hui la septième culture mondiale, avec plus de 133 millions de tonnes produites chaque année. Près de 98 % de cette production sont cultivés dans les pays en développement. La patate douce consolide la sécurité alimentaire des pays du Pacifique, par ailleurs vulnérables aux changements climatiques, du fait de ses caractéristiques agronomiques (adaptabilité, productivité, un cycle court et une forte valeur nutritionnelle).

Au Vanuatu, la culture de la patate douce est en développement. Sa production est estimée, selon le dernier recensement agricole (2007), à environ 5000 tonnes par an./.

Dernière modification : 25/08/2014

Haut de page