Remise des lettres de créance de M. Gilles FAVRET

Discours prononcé par l’ambassadeur Favret lors de la remise de ses lettres de créance le 14 février 2017.
JPEG

Monsieur le Président de la République

Je suis très honoré de vous remettre les lettres de créance par lesquelles le Président de la République française, M. François Hollande, vous prie de m’accueillir comme ambassadeur de France au Vanuatu. Je voudrais également rendre hommage à mon prédécesseur, l’ambassadeur Alain du Boispéan, pour le travail accompli durant sa mission.

Je me réjouis d’exercer ces nouvelles fonctions dans un pays avec lequel la France partage une histoire si ancienne et entretient une relation d’amitié si forte. Les premières prises de contact avec certains de vos ministres et hauts fonctionnaires, notamment lors de la visite à Paris de votre Premier ministre le 24 janvier, ont confirmé à mes yeux la réputation d’ouverture et d’hospitalité chaleureuse du peuple vanuatais.

Je tiens à vous remercier, Monsieur le Président, pour votre bienveillance dans l’octroi de mon agrément et la possibilité que vous m’avez donnée de vous présenter mes lettres de créance dans un délai si bref.

En retour, je peux vous assurer que je mettrai à la disposition de la relation franco-vanuataise toute mon énergie et tout mon enthousiasme. Relation privilégiée entre deux peuples que tout réunit : l’histoire, la culture et la francophonie. Sans oublier la communauté franco-vanuataise qui, par ses actions quotidiennes, entretient et fortifie cette proximité en construisant un pont fraternel entre nos deux nations. Et nous n’oublions pas, bien sûr, à l’heure où la France commémore le centenaire de la Première guerre mondiale, le sacrifice de nombreux Néo-hébridais en ce moment tragique de notre histoire.

Ainsi que vous le savez, la France se définit comme une nation du Pacifique et reste très engagée dans cette région, où elle compte plus d’un demi-million de ressortissants, trois territoires (la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et la Polynésie française) et une partie considérable de sa zone économique exclusive. Cet engagement se manifeste par un réseau diplomatique étoffé, le plus important parmi les pays européens présents dans la région, avec six Ambassades (Canberra, Wellington, Port-Vila, Suva, Port-Moresby et Manille pour le suivi de la Micronésie).

En raison de son histoire et de son appartenance à la grande famille francophone, le Vanuatu, où réside toujours une communauté française forte d’environ 2000 personnes, dont un peu plus de 800 binationaux, occupe une place spéciale pour notre pays et notre ambassade à Port-Vila est de loin la plus importante, en taille, de nos représentations diplomatiques dans les Etats insulaires de la région.

La France se tient aujourd’hui aux côtés des Vanuatais dans l’élaboration d’un partenariat multiforme, notamment destiné à développer la coopération culturelle et universitaire. Depuis plusieurs années, nous avons en effet, d’un commun accord, concentré notre intervention dans le domaine de l’éducation et en faveur de la francophonie. Ceci se matérialise concrètement par un programme de bourses et un soutien à la création de la future Université nationale du Vanuatu, beau projet ambitieux, qui nous tient à cœur.

La France est également aux côtés du Vanuatu par le biais des Forces de l’armée française stationnées en Nouvelle-Calédonie (FANC), qui apportent une assistance à la population en milieu rural à travers les opérations Castor (rénovations de dispensaires ou de salles de classes) et qui ont su, par leur action rapide et efficace au moment où le cyclone Pam frappait durement l’archipel en mars 2015, démontrer au Vanuatu la solidarité de la population française en métropole comme en Nouvelle-Calédonie.

En vous renouvelant mes remerciements ainsi que ceux de mon épouse et de toute l’équipe de l’ambassade de France à Port-Vila pour votre accueil chaleureux, je tiens à vous assurer, Monsieur le Président, de la volonté de la France de poursuivre cette coopération fraternelle entre nos deux peuples.

Vive la France, vive le Vanuatu, vive l’amitié franco-vanuataise.

Dernière modification : 14/02/2017

Haut de page