Paris Climat 2015 : la France officiellement nommée pays hôte de la 21e conférence climat en 2015 [en]

La France est déjà totalement engagée pour arriver à la conclusion à Paris en 2015 d’un accord universel contraignant sur le climat, afin de limiter le réchauffement global à 2°C.

Elle agira en consultation étroite avec l’Union européenne, avec la Pologne et le Pérou – les pays hôtes respectivement en 2013 et 2014 -, avec les représentants de la société civile tout en étant à l’écoute de la communauté internationale dans toute sa diversité.
La conférence aura lieu sur le site du Bourget du 30 novembre au 15 décembre 2015.

JPEG
La Conférence Cadre des Nations Unies sur les Changements climatiques (CNCUCC) a été adoptée en 1992 et a depuis été ratifiée par 192 Parties. Le Protocole de Kyoto a été adopté en 1997 pour mettre en œuvre la CNUCC et est entré en vigueur en 2005. Il a prévu des objectifs pour la réduction ou la limitation des émissions de gaz à effet de serre uniquement pour les pays développés et les économies en transition. En 2007, les Parties ont engagé les premiers pas pour mettre au point un accord sur le climat post 2012, qui s’appliquerait à tous les émetteurs de gaz à effet de serre.

L’accord politique obtenu à Copenhague en 2009, les Conférences de Cancun (2010), Durban (2011) et Doha (2012) ont fondé les bases de ce nouveau régime international qui vient en complément des instruments déjà existants dans le cadre de la CCNUCC et du Protocole de Kyoto. En 2007 les Parties ont affirmé leur volonté de conclure ce nouvel accord climat en 2015, avec une entrée en vigueur prévue pour 2020. Conformément aux règles internes de la CCNUCC, qui prévoient une rotation annuelle entre groupes régionaux des Nations Unies, l’organisation du sommet de 2015 incombe à un pays d’Europe occidentale. La France a été officiellement désignée pays hôte de la Conférence de 2015 (COP 21) pendant la Conférence de Varsovie en novembre 2013. Elle organisera aussi en même temps la 11e réunion des Parties au Protocole de Kyoto (CMP 11).

La France a choisi d’organiser cette Conférence à Paris, sur le site Paris-le Bourget qui présente sur le plan logistique la meilleure capacité d’accueil et d’accessibilité pour les délégations officielles, mais aussi la société civile et les médias, qui sont des composantes essentielles du succès de la conférence.

La France a choisi de faire de cette Conférence un exemple en matière d’impact environnemental. Elle mettra ainsi en place un programme d’action visant à minimiser l’impact de la réunion en termes de consommation de ressources naturelles (eau, déchets, énergie) et d’émission de gaz à effets de serre.

Les enjeux de la COP 21 en 2015

Cette conférence devra marquer une étape décisive dans la négociation du futur accord international pour l’après-2020, en adoptant ses grandes lignes comme convenu à Durban, avec comme objectif que tous les pays, dont les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre - pays développés comme pays en développement – s’engagent par un accord universel juridiquement contraignant sur le climat.

La France souhaite un accord applicable à tous, suffisamment ambitieux pour permettre d’atteindre l’objectif des deux degrés, et doté d’une force juridique contraignante. Celui-ci devra trouver un équilibre entre l’approche de Kyoto – une division mathématique des engagements de réduction d’émissions, à partir d’un plafond commun – et celle de Copenhague, un ensemble d’engagements nationaux non contraignants et sans caractéristiques comparables.

L’accord devra enfin mettre en œuvre un changement de paradigme, prenant en compte le défi climatique non comme un nécessaire « partage du fardeau » des émissions, mais également comme une opportunité de créations d’emplois et de richesses, d’invention de nouveaux modes de production et de consommation

Pour en savoir plus

Dernière modification : 25/08/2014

Haut de page