06.10.2009 - Le Fonds pacifique soutient l’amélioration de la patate douce en Océanie

Mme Françoise Maylié, Ambassadrice de France au Vanuatu, et Mme Marie Melteras, Directrice du Centre Technique et de Recherche Agronomique du Vanuatu (CTRAV), ont procédé, le mardi 6 octobre à la signature d’une convention de financement destinée à la réalisation d’une étude des bases génétiques de la patate douce en Océanie. Cette convention porte sur une subvention du Fonds Pacifique d’un montant de 2 850 000 VT (20 000 Euros). Le Fonds Pacifique permet l’octroi de financements destinés à des projets favorisant l’intégration régionale et associant l’une au moins des collectivités françaises de la région.

JPEGLa cérémonie de signature s’est déroulée avec la participation de M. Molisale Havo, Ministre de l’agriculture, en présence de M. Benuel Tarilongi, Président du Conseil d’administration du CTRAV, de plusieurs responsables du ministère de l’agriculture et de M. Vincent Lebot, chercheur du CIRAD, spécialiste des plantes à tubercules.

Ce projet, qui se situe dans le prolongement d’un engagement important de la France dans le secteur de l’agriculture et de la recherche agronomique, a pour objectif de faciliter la mise en place de programmes d’amélioration génétique de la patate douce, destinés aux agriculteurs des pays de la zone océanienne. Il s’agit de permettre la mise en place de systèmes de culture durables, sans ajout de pesticides et de variétés adaptées au changement climatique.

Le projet régional d’amélioration génétique de la patate douce, d’un coût total évalué à 250 000 euros sur 3 ans est mené en partenariat entre le CTRAV, le Ministère de l’agriculture du Vanuatu, le CIRAD de Montpellier (France), l’Institut de recherche agronomique de Nari (Papouasie Nouvelle Guinée), le Ministère de l’agriculture de la Polynésie française et le Centre international de la pomme de terre (CIP) de Lima (Pérou).

JPEGLa patate douce est aujourd’hui la septième culture mondiale, avec plus de 133 millions de tonnes produites chaque année. Près de 98 % de cette production sont cultivés dans les pays en développement. Les pays du Pacifique évoluent dans un contexte d’incertitude environnementale et économique. Des caractéristiques agronomiques telles qu’une large adaptabilité, une forte productivité, un cycle court et une forte valeur nutritionnelle font de la patate douce une culture importante pour la sécurité alimentaire des pays océaniens, particulièrement vulnérables aux changements climatiques.

Au Vanuatu, la culture de la patate douce est en développement. Sa production est estimée, selon le dernier recensement agricole (2007), à environ 5000 tonnes par an.


Pacific Fund supports the breeding improvement of sweet potato in Oceania

Mrs Françoise Maylié, Ambassador of France in Vanuatu, and Mrs Marie Melteras, Director of the Centre Technique et de Recherche Agronomique du Vanuatu (CTRAV) signed on October 6 a funding agreement for the study of genetic basis of sweet potatoes in Oceania. This agreement is a grant of 2 850 000 VT (20 000 Euros) coming from the Pacific Fund. The Pacific Fund provides grant funding for projects promoting regional integration and involving at least one of the French territories of the region.

The signing ceremony was attended by Mr Molisale Havo, Minister of Agriculture, in the presence of Mr Benuel Tarilongi, Chairman of the Board of CTRAV, several officials of the Ministry of Agriculture and Mr Vincent Lebot, CIRAD researcher, specialist in tubers.

This project, which is in the continuation of France major commitment in the sectors of agriculture and agronomic research, aims to facilitate the establishment of improved breeding programs for sweet potatoes for the farmers of the Oceanic region. The idea is to enable the implementation of sustainable farming systems without using pesticides and to create varieties adapted to climate change.

The regional improved breeding programs for sweet potatoes, with a total cost estimated at 250 000 euros over 3 years, is conducted in partnership between CTRAV, the Ministry of Agriculture in Vanuatu, CIRAD Montpellier (France), the Institute of Agricultural Research in Nari (Papua New Guinea), the Ministry of Agriculture of the French Polynesia and the International Centre of Potato (CIP) in Lima (Peru).

Today, the production of sweet potatoes is the seventh culture in the world, with over 133 million tons produced each year. Nearly 98% of this production is grown in developing countries. The Pacific countries are evolving in a context of economic and environmental uncertainty. Its agronomic characteristics such as remarkable adaptability, high productivity, a short growing cycle and important nutritional value, are the reasons why sweet potatoes are important crops for food security for Pacific island countries, particularly vulnerable to climate change.

In Vanuatu, the culture of sweet potatoes is increasing. According to the latest agricultural census (2007), its production is estimated at about 5000 tons per annum.

Dernière modification : 25/08/2014

Haut de page