Lancement d’une Licence francophone d’Administration Économique et Sociale au Vanuatu

Le 24 janvier 2013 a été signée à Port-Vila une convention entre le Gouvernement du Vanuatu, l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) et l’Ambassade de France, afin de lancer la première licence francophone au Vanuatu.

Un projet commun important

Le Vanuatu, dont le français est une des langues officielles, va enfin se doter d’une structure permettant aux élèves francophones (environ le tiers des étudiants) de poursuivre des études supérieures en français dans leur pays. C’est l’objectif de la mise en place de cette Licence francophone en Administration Économique et Sociale, dont la convention a été signée le 24 janvier 2013.

JPEGLa cérémonie de signature a eu lieu à l’Ambassade de France, sous la présidence de l’Ambassadeur, Michel Djokovic, et en présence du Ministre de l’Éducation, Stevens Kalsakau. Le texte a été signé par le Ministre des Finances, Charlot Salwaï, et l’Administrateur régional de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), Bernard Vanthomme. Cette licence sera portée par l’Institut de Formation à l’Administration Publique du Vanuatu (IFAP-V). La convention concerne un montant de 60.000 euros (environ 7 millions de vatus) financés par le gouvernement français.

En outre, le Ministre de l’Éducation, Stevens Kalsakau, a signé une décision d’affectation à ce projet de licence d’un budget de 9,3 millions de vatus (environ 80.000 euros) financé à parité par le gouvernement français et celui de la Nouvelle-Calédonie, dans le cadre de la Convention de coopération régionale qui lie la France/le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et le Vanuatu.

C’est donc un total de plus de 16 millions de vatus (environ 140.000 euros) qui seront consacrés au démarrage d’une licence francophone à Port-Vila dès le mois d’avril 2013. JPEG

Un nouvel horizon pour les étudiants francophones

À cette occasion, l’Ambassadeur Michel Djokovic a souligné l’importance de ce projet, attendu depuis longtemps, et qui fait suite à la création en août 2012 d’un Diplôme universitaire francophone (DU) « culture et société », première étape vers la création d’une licence.

En effet, en dépit du nombre important d’écoles francophones dans le pays (un tiers des établissements), les étudiants désirant poursuivre un cycle d’études supérieures complet en langue française n’ont aujourd’hui d’autre option que de s’expatrier temporairement en Nouvelle-Calédonie (ou en France métropolitaine) ou suivre une formation universitaire à distance dans le cadre de l’AUF.

C’est pour améliorer cette situation difficile pour les jeunes francophones que le Ministère de l’Éducation et l’Ambassade de France lancent en 2013 ce projet de licence, dont la mise en œuvre sera confiée à l’IFAP-V avec le soutien de l’AUF et d’un consortium d’universités françaises sous l’égide de l’université de Toulouse 1 Capitole.

JPEGEn 2013, la première année de licence pourrait accueillir une quarantaine d’étudiants, répartis de façon équilibrée entre étudiants en formation initiale et fonctionnaires en formation continue.

Ce projet vise à créer un pôle d’excellence francophone au Vanuatu, qui pourrait, à plus long terme, s’ouvrir à d’autres disciplines, de façon à favoriser la création de réseaux avec les pays anglophones d’Océanie et fédérer l’ensemble des chercheurs du Pacifique.

Dernière modification : 25/08/2014

Haut de page