14.07.2011 - Discours prononcé par Mme Françoise Maylié, Ambassadrice de France au Vanuatu

Monsieur le Président de la République du Vanuatu,
Monsieur le Premier ministre,
M. le Chief Justice,
MM. les membres du corps diplomatique,
MM. les Ministres,
M. le Président du Conseil des Chefs,
MM. les membres du Parlement,
M. le Maire de Port Vila,
Citoyens du Vanuatu et de France,
Chers invités,

C’est une grande fierté de voir autant d’amis ce soir pour célébrer la Fête nationale française.
Le 14 juillet marque la prise de la Bastille en 1789 et la naissance du régime républicain, avec sa devise liberté, égalité, fraternité, trois mois qui sont profondément compris au Vanuatu, incorporés de diverses façons dans les valeurs du pays. Ils résument l’attachement à la démocratie que nous partageons avec le Président de la République et avec le peuple du Vanuatu.
Le 14 juillet c’est un moment fort de mémoire qui réunit les Français, est célébré dans le monde, mais c’est aussi une fête populaire, un moment de liesse, que nous partageons avec nos amis du Vanuatu.

L’année dernière, il me revenait le triste privilège de célébrer le 14 juillet dans un climat de morosité sportive, puisque nos sportifs français n’avaient pas donné leur pleine mesure en Afrique du Sud. Cette année est plutôt placée sous le signe de l’espoir puisque nous préparons les Jeux du Pacifique Sud, et que le Président de la République, M. Nicolas Sarkozy, a prévu d’ouvrir à Nouméa cette grande manifestation.

JPEG
Cette année a vu naître beaucoup d’espoir, mais a fait surgir des épreuves, la crise économique fait encore sentir ses effets en Europe, au Vanuatu. Ces défis communs doivent nous rapprocher.

Malgré toutes les questions à résoudre dans l’environnement international, le Vanuatu reste pour la France un pôle de référence dans la région. Le Vanuatu exerce actuellement la présidence du FIP et se prépare à transmettre cette haute responsabilité à la Nouvelle-Zélande, cette année, avant d’exercer, en 2012, la Présidence UE-ACP. J’adresse tous mes vœux de succès pour ces grands événements, au Président et au peuple du Vanuatu. La relation bilatérale France-Vanuatu qui a été poncée, éprouvée par le temps, par l’histoire, est aujourd’hui et solide. 2011 a été une année particulière avec le lancement, en synergie, par la France et l’UE des activités du Centre culturel de Tanna, valorisant du même coup les potentialités touristiques. 2011 fut aussi une année de rayonnement scientifique grâce à la restitution de deux programmes, le CRISP, de préservation des récifs coralliens et de constitution d’aires marines protégées, et la restitution « Santo 2006 », événement de portée internationale, ayant mis en valeur un inventaire complet sur la biodiversité. Lors de cette restitution a été publié et remis aux autorités locales et aux milieux éducatifs du Vanuatu l’ouvrage scientifique de grande qualité « The Natural history of Santo », qui sert de référence scientifique, et que vous envient vos voisins.

Les programmes de coopération de la France au Vanuatu qui visent à accompagner le développement économique et social du Vanuatu et à promouvoir son intégration régionale se déploient dans l’éducation, l’agriculture et la coopération régionale. La France reste à l’écoute pour répondre, aider, pour épauler au besoin, et recueillir les conseils de ses partenaires. Les actions de synergie avec l’UE (20 % des Fonds du FED sont versés par la France), sont en expansion, tout en permettant à chacun de conserver son identité, de même que les coopérations avec les organisations de la Francophonie (OIF, l’AUF représentée au Vanuatu). Pour les questions liées au climat, l’UE s’est illustrée en mars pour organiser à Port Vila une conférence internationale avec la participation du Commissaire Piebalgs, nous agissons en concertation avec le FIP, la CPS, et le PROE. L’expansion de la coopération régionale, avec la Nouvelle-Calédonie en particulier, devrait se prospérer plus encore à l’avenir. Toutes ces actions entre le Vanuatu et la France, se font en appui sur les priorités définies par les autorités locales.

Je salue les communautés françaises au Vanuatu, riches de leur diversité, de leurs expériences et de leur courage, ont su trouver leur place dans ce pays, après les années difficiles de l’après-indépendance.
JPEG

Je salue l’Alliance française qui développe une politique de plurilinguisme, via des cours de français, des cours de bichlamar, le dialogue des cultures, avec les Stars françaises tel Louis Bertignac et les fleurons de la culture du Vanuatu, tel ce jeune auteur, Paul Tavo, qui verra en août prochain la publication de son recueil de poèmes.
Je voudrais aussi rendre hommage au Lycée français, Grâce à l’action conjointe du Proviseur et du Conseil de gestion, cet établissement accueille un nombre croissant d’élèves (nous venons de dépasser le demi-millier), avec un taux de réussite au bac de 100 % dans certaines sections et des programmes pédagogiques adaptés au XXIe siècle : plurilinguisme, voyage pour les élèves en Chine et peut-être en 2012 en France et en Nouvelle-Zélande.

Je remercie le Président de la République du Vanuatu, le Premier Ministre, les Ministres, toutes les personnalités présentes, les membres du corps diplomatique, tous les Ni-Vanuatu, tous mes compatriotes.

Je rends un hommage chaleureux ce soir aux sponsors français du monde économique, la BRED, tout particulièrement, fidèle et généreuse, qui a offert une contribution substantielle à ce cocktail, et aussi Vanuatu Brewing (TUSKER) et Vila Distribution. Votre contribution illustre l’action de certaines entreprises qui ne se satisfont pas d’une approche exclusivement économique, mais savent participer activement à la vie sociale de la collectivité.

Je vous souhaite une bonne fête du 14 juillet.

Dernière modification : 25/08/2014

Haut de page