Cyclone Pam – Action de la France [en]

Dès le passage du cyclone tropical Pam sur le Vanuatu, le Président de la République française, M. François Hollande, a assuré le président de la République du Vanuatu, M. Baldwin Lonsdale, de l’entier soutien de la France pour faire face aux conséquences désastreuses du cyclone.

JPEG - 141.1 ko
Evacuation sanitaire d’un blessé vers Port-Vila

Le 15 mars, une équipe des forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) s’est rendue sur place à Port-Vila pour procéder, en liaison avec les autorités du Vanuatu ainsi qu’avec nos partenaires des accords Franz (Australie et Nouvelle-Zélande), à une première évaluation de la situation. Un appareil Gardian a ainsi effectué une reconnaissance aérienne des îles de la province de Taféa (Tanna, Erromango, Futuna, Anatom et Aniwa) dans le sud du pays.

Plusieurs équipes de spécialistes de la sécurité civile, venus de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie française, sont sur place à Tanna, qui est très touchée (8 décès confirmés et près de 7 000 personnes sans abri ou déplacées) et travaillent, avec la Croix-Rouge, à dégager les accès des villages à des sources d’eau potable ainsi qu’à remettre en état les points de captage. Trois missions d’évacuation sanitaires de blessés (huit personnes concernées au total) ont également été effectuées vers l’hôpital de Port-Vila, notamment un enfant atteint de traumatisme crânien et plusieurs bébés, dont l’un est né juste avant que sa mère embarque à bord du CASA. Une dizaine de touristes, particulièrement choqués, ont pu être évacués par les avions militaires vers Nouméa.

Les appareils Casa des FANC et des FAPF (Forces armées de la Polynésie française) ont effectué depuis le 16 mars douze rotations entre Nouméa, Port-Vila et Tanna, transportant notamment des équipes d’électriciens envoyées par EEC (Electricité et Eau de Calédonie), du matériel pour l’opérateur de télécommunications TVL et une pièce nécessaire pour rétablir le lien entre les aéroports et permettre la reprise des vols commerciaux. La frégate Vendémaire est arrivée le 19 mars à Tanna avec à son bord du 7 t de fret de la Croix-Rouge et de l’association Solidarité-Tanna. Le patrouilleur La Glorieuse s’est rendu à Erromango pour une première mission et devrait également débarquer du fret à Tanna.

Par ailleurs, grâce à la Fondation Airbus Helicopters, un vol humanitaire a pu avoir lieu le 22 mars sur les îles d’Epi, Paama et Ambrym à la demande du ministre de la santé (livraison de vaccins et de médicaments). D’autres missions de ce type devraient suivre prochainement.

La France, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française poursuivent leur action pour venir en aide aux populations du Vanuatu très touchées par la catastrophe. Plusieurs navires affrétés à Nouméa et à Papeete devraient ainsi livrer du fret humanitaire (nourriture, eau, abris, semences…) dans les prochains jours.

L’Ambassade de France, de son côté, est restée mobilisée jour et nuit dès avant le passage du cyclone : envoi de messages d’alerte, ouverture de l’ambassade dès le 15 mars après le rétablissement de l’électricité, mise en place d’une permanence d’urgence consulaire en contact avec nos compatriotes résidents ou de passage et avec leurs proches et leurs familles hors du Vanuatu, assistance aux touristes français et européens souhaitant quitter le pays, ouverture d’une cellule d’assistance psychologique, rencontre des personnes touchées, à l’ambassade ou sur le terrain. Un renfort à la section consulaire, en provenance du consulat général de France à Sydney, et une coordination quotidienne, tant avec les services du Haut-Commissaire en Nouvelle-Calédonie qu’avec les FANC, ont permis d’être à l’écoute des sollicitations de nos compatriotes, en liaison étroite avec le conseiller consulaire. Le lycée français JMG le Clézio a pu rouvrir ses portes ce lundi 23 mars, grâce à la solidarité active de tous.

Enfin, les entreprises françaises ou calédoniennes se sont montrées particulièrement réactives, en liaison constante avec cette Ambassade, pour assurer, dans des conditions difficiles, un service efficace (UNELCO, Aircalin, EEC, OPT, TVL, BRED notamment). La Croix Rouge française, pour sa part, a immédiatement déployé des équipes sur le terrain, à Efate (nord et nord-est) ainsi qu’au nord de Tanna. Plus de 10 000 personnes bénéficient de son assistance. L’ONG « Solidarité Tanna » pour sa part se montre singulièrement active dans la distribution de l’aide.

Au total, la France, dans cette tragédie, a à cœur d’assister le Vanuatu à la mesure des liens historiques et amicaux qui lient nos deux pays.

Dernière modification : 24/03/2015

Haut de page